Получить консультацию
ГлавнаяLa Multiplication De L'arnaque Au Prêt
La Multiplication De L'arnaque Au Prêt

La Multiplication De L'arnaque Au Prêt

Avec l'apparition des sites de financement participatif en France, un nouveau modèle d'escroquerie s'est diffusé sur le net à travers les réseaux sociaux et dans les mails : de prétendus financements en ligne délivrés en un rien de temps, sans aucun apport, zéro garanties et par des gens qui disent être des particuliers cherchant à investir leur argent. Il s'agit bien sûr d'une arnaque, mais l'abondance des fausses annonces sur ces sites permet de visualiser la gravité du problème. Par conséquent, un nombre important de particuliers sont tombés dans le piège du fait de cette escroquerie.

La méthode de l'entonnoir

Faire croire à une promesse de prêt rapide

L’escroquerie au crédit prend généralement l'aspect d'un scénario avec plus ou moins de cohérence. Du point de vue de l'escroc, il s'agit là d'une étape importante parce qu'il sent que la réussite de son coup est en partie conditionnée par la croyance ou non en son histoire. Quand il veut appâter le plus grand nombre de victimes possibles, il fait écrire et publie une annonce sur des sites à forte fréquentation tels que Twitter ou Facebook. Certaines pages très populaires ne contrôlent pas les pages de commentaires visibles par tout le monde, ce qui en fait un lieu privilégié des arnaqueurs.

D'abord, l'arnaqueur s'affiche en tant que personne qui dispose d'un héritage qu'elle souhaite faire fructifier en accordant des prêts avec un taux d'intérêt très concurrentiel. Par moments, il fait croire qu'il est un retraité qui souhaite se passer de la Banque et donner ainsi l'image d'un homme noble et aspirant à tirer tout le monde vers le haut. Ce mensonge suit une logique bien précise : profiter du désarroi financier des personnes crédules en tentant de leur expliquer qu'un emprunt est encore possible, même sans conditions de ressources. Il propose de leur accorder un emprunt, même s'ils ont déjà des crédits à rembourser. Une fois le dossier accepté, notre escroc promet le virement de l'argent très rapidement avec des mensualités pouvant monter jusqu'à plusieurs années.
S'il est incontestable pour la plupart d'entre nous que des propositions de ce genre sont inconcevables, il n'en reste pas moins que des personnes faisant face à des difficultés financières peuvent se faire avoir à cause de cette illusion de emprunt rapide qui les attire.

Envoyer des signes de crédibilité et de confiance

Sur internet, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec un peu d'imagination. C'est de cette manière qu'opèrent les arnaqueurs au faux crédit en créant de toute pièce un faux profil qui saura coller avec leur scénario. D'abord, ils donnent un nom et prénom qui sonne français à ce faux profil. On évite donc Les arnaques au faux crédit ŕ la consommation noms ou prénoms étrangers qui tendraient à faire fuir certains. Il faut que la cible ait le sentiment que le prêteur habite sur le même territoire qu'elle. Dans un scénario bien mené, l'escroc peut se transformer en une personne d'un certain âge ou jeune retraitée. Les plus fourbes iront jusqu'à demander des justificatifs de salaire à la victime, d'autres exigent de répondre à un questionnaire sur sa vie professionnelle. Pour augmenter un peu sa crédibilité, l'escroc prendra le soin de fabriquer un grand nombre de faux profils qu'il utilisera pour publier de fausses recommandations dont le but sera de vanter le sérieux de l'annonce.

Accepter chacune des sollicitations

Lorsque la cible est persuadée du sérieux de la démarche, le faux prêteur peut maintenant passer aux choses sérieuses. Il lui explique alors qu'il valide son dossier de crédit, mais demande le paiement de frais divers par mandat avant de boucler définitivement la demande. Ces frais divers peuvent représenter quelques centaines d'euros et sont demandés pour compenser le temps passé par l'investisseur à traiter son dossier. Les frais sont, selon ses dires, indispensables pour libérer le crédit. Si la victime se plie à cette condition, l'escroc lui exigera ensuite de s'acquitter d'une prime obligatoire d'assurance de crédit. Sauf que, le demandeur ne recevra jamais son crédit et le faux prêteur récupérera l'argent avant de disparaître complètement de la circulation.


De quelle façon se prémunir contre de telles escroqueries ?

En France, tout le monde n'est pas autorisé à octroyer un prêt et le crédit aux particuliers est une activité sous surveillance. Si une personne ou une société fait de la vente de services financiers en ligne, ce site est dans l'obligation d'afficher ses informations légales et les CGV. Pour obtenir le statut de société de crédit, un organisme se doit d'être en possession d'un agrément de l'ACPR ainsi que d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. N'importe quel site de prêt entre particuliers doit nécessairement posséder ces autorisations, auquel cas il s'agit clairement d'une escroquerie.

Ensuite, il faut savoir que les délais d'obtention d'un emprunt sont assez longs et qu'il faut (environ) une quinzaine de jours avant de recevoir les fonds sur son compte. Et même si un individu avait un capital à placer de cette façon, il ferait une profonde et longue analyse de toutes les demandes avant de choisir les plus solides.
En tout état de cause, un organisme n’octroierait pas un quelconque crédit (personnel, renouvelable ou immobilier) à un demandeur fiché à la Banque de France pour incidents de paiement. Адрес сайта: